English

Vaudreuil-Dorion has chosen to offer a pdf version of a few general-interest publications.

Environmental policy

The City of Vaudreuil-Dorion is beginning a process of public consultations to find out more about its population’s priorities in an effort to draw up an environmental policy.  

Survey

Understanding your priorities when it comes to the environment enables us to set out the guidelines and objectives of our future environmental policy. As such, you are invited to complete this short survey before April 1, 2017.

Evening consultation meeting

An evening consultation meeting in the form of facilitator-guided round-table discussions will take place at Centre Multisports on April 25 from 7:00 to 9:00 p.m. All Vaudreuil-Dorion residents are welcome to attend!

In order to establish the number of facilitators and the material required for the meeting, we ask that you register by contacting the Environment Division by phone at 450 455-3371, Option 1 or by email at environnement@ville.vaudreuil-dorion.qc.ca.

Submitting briefs

Organizations and citizens who wish to share their challenges and priorities with relation to the environment are also invited to submit a brief by email at environnement@ville.vaudreuil-dorion.qc.ca. before April 28, 2017.

French status

Vaudreuil-Dorion is a unilingually French city, a status that was determined by the Government of Québec.

In order for a municipality to offer services in both official languages, half of its population must be residents whose mother tongue is English, which is not currently the case for Vaudreuil-Dorion.

Because of this status, the Charter of the French language requires that only French be used in posting, writing and publishing documents, except where health or public safety also requires the use of another language.

Matières organiques

La Ville de Vaudreuil-Dorion préconise la valorisation des matières organiques, autant les déchets de table que les résidus verts, afin de les détourner des sites d’enfouissement.

Collecte des résidus verts

Les collectes de résidus verts ont lieu au printemps (10 et 24 mai 2017) et en automne (11 octobre, 1er et 15 novembre 2017). Il est important de placer les sacs en bordure de rue la veille de la collecte, qui commence dès 7 h le matin.

En 2015, 363 tonnes métriques de résidus verts ont pu être détournées des sites d’enfouissement en raison de ces collectes.

Les sacs transparents et de couleur orange sont recommandés. Les sacs de papier sont également acceptés.

Résidus acceptés : herbes et feuilles, gazon, résidus de jardins et plates-bandes, retailles de haies

Résidus refusés : résidus alimentaires ou de table, déchets, terre, pierres, cendres, branches, souches, bûches, résidus en vrac

Collecte de branches

Chaque année, trois collectes de branches ont lieu au printemps, et trois à l’automne. Les dates de collectes sont différentes selon le secteur : A, B ou C.

Carte_Collectes.jpg (1006 KB)

Horaire des collectes en 2017

Printemps
Secteurs Collecte 1
Semaine du
Collecte 2
Semaine du
Collecte 3
Semaine du
A 1er mai 22 mai 12 juin
B 8 mai 29 mai 19 juin
C 15 mai 5 juin 26 juin
Automne
Secteurs Collecte 1 
Semaine du
Collecte 2
Semaine du
Collecte 3
Semaine du
A 28 août 18 septembre 9 octobre
B 4 septembre 25 septembre 16 octobre
C 11 septembre 2 octobre 23 octobre

Vous devez placer vos branches en bordure de rue, l’extrémité dont le diamètre est le plus large dirigée vers la rue. Ce diamètre ne doit pas dépasser 10 cm (4 pouces). Assurez-vous qu’il n’y a ait pas de racines ni de terre, car cela pourrait endommager les lames des couteaux qui servent à déchiqueter les branches, qui ne doivent pas non plus être attachées en ballots.

À l’extérieur des dates de collectes, vous pouvez apporter vos branches au garage municipal entre 9 h et midi et entre 13 h et 16 h. Il s’agit d’un service gratuit sur présentation de votre carte de citoyen ou d’une preuve de résidence.

Les copeaux sont utilisés pour certains aménagements en horticulture, mais la plus grande partie est acheminée à une pépinière qui les récupère, entre autres, pour aménager ses sites de plantation dans les champs.

Si vous engagez un entrepreneur pour des travaux d’élagage, d’émondage ou d’abattage d’arbres, il a la responsabilité de voir au ramassage des branches et du tronc.

Écopelouse

Une écopelouse contient une variété de plantes graminées, ainsi que des légumineuses comme le trèfle et parfois même des plantes sauvages. La diversité lui donne des armes pour contrer divers ravageurs, maladies et intempéries. Les plantes d’une écopelouse sont bien adaptées aux conditions du milieu. Puisqu’elle est si résistante, l’écopelouse nécessite peu d’interventions humaines.

À l’opposé, la pelouse commerciale est un tapis de gazon très court et uniforme. Elle n’a pas de biodiversité et n’est pas bien adaptée au milieu, donc elle est très vulnérable. Pour maintenir ses hauts standards esthétiques, elle requiert des tontes et des arrosages fréquents et ses propriétaires recourent souvent à l’application de pesticides et d’engrais de synthèse. Malgré ce régime d’entretien, la pelouse commerciale est aux prises avec des problèmes récurrents en raison de sa sensibilité.

Implanter une écopelouse

Bien préparer le sol

Une pelouse nécessite au moins 20 cm (6 pouces) de sol de bonne qualité. Si votre sol est compact et pauvre en matière organique, vous devez le décompacter avec un rotoculteur et y ajouter du compost. Privilégiez le compost plutôt que la terre à gazon. Ensuite, égalisez le sol et passez un rouleau à gazon.

Ensemencer

À l’automne ou au printemps,  semez un mélange de plusieurs sortes de graminées et d’au moins 5 % de trèfle. Le trèfle est un grand allié : il est toujours vert, nourrit la pelouse d’azote et la protège de certains ravageurs. De plus, les feuilles du trèfle créent de l’ombre, ce qui empêche les herbes indésirables de germer et aide le gazon à rester frais et vert plus longtemps.

La journée avant de semer, s’il n’y a pas eu de pluie récemment, arrosez le sol. Le jour même de l’ensemencement, passez un râteau à feuilles pour alléger la surface du sol. Pour distribuer les semences également, semez une moitié des semences dans un sens et l’autre moitié dans le sens perpendiculaire au dernier. Par la suite, ajoutez environ ½ pouce de compost et passez un rouleau à gazon vide. Jusqu’à l’apparition de brins d’herbe, arrosez la pelouse chaque jour. Avant de passer la tondeuse pour la première fois, attendez que la pelouse soit d’une hauteur de 10 cm (4 pouces). De plus, évitez de marcher sur la pelouse pendant les trois semaines suivant l’ensemencement.

Entretenir une écopelouse ou transformer une pelouse commerciale

Aération

À l’automne ou au printemps, perforez le sol avec une carotteuse mécanique. L’aération allège le sol et facilite l’absorption de l’eau et de nutriments. Attention, l’aération doit toujours être suivie d’un terreautage.

Avant d’aérer, il faut s’assurer que le sol est un peu humide, mais pas imbibé d’eau. Pour faire suffisamment de trous, il faut passer l’aérateur mécanique dans les deux sens, perpendiculaires l’un à l’autre. Si le chaume de votre pelouse est de plus de 1,25 cm (1/2 pouce), vous devriez aérer annuellement, sinon une aération aux 2 ou 3 ans est suffisante. Le chaume est une couche compacte de matières organiques très peu décomposées à la surface du sol. Pour vérifier l’épaisseur du chaume, enfoncez une pelle dans votre pelouse, soulevez une section de pelouse et mesurez la couche qui reste attachée à la végétation.

Terreautage

Le terreautage consiste à épandre environ ½ pouce de compost sur la pelouse et à ensuite relever les brins d’herbe avec un râteau à feuilles. Le compost allège un sol compact, l’aide à retenir l’humidité, fournit des nutriments aux végétaux et contribue au contrôle naturel d’organismes nuisibles.

Sursemis

Vous pouvez ajouter des semences sur une pelouse déjà établie aux endroits clairsemés ou endommagés. Il est préférable d’ajouter environ ½ pouce de compost aux endroits où vous allez sursemer. Si vous voulez transformer votre pelouse commerciale en écopelouse, vous pouvez sursemer partout, idéalement après avoir aéré et terreauté.

Avant de sursemer, il faut exceptionnellement couper le gazon à environ 1 ½ pouce et ramasser les rognures de gazon. Après avoir répandu les semences, passez un râteau à feuilles pour que les semences tombent au sol. Passez ensuite un rouleau à gazon rempli au tiers.

Tonte

Laissez votre pelouse à au moins 7,5 cm (3 pouces) de long. Cela lui permet de rester verte tout l’été, aide le sol à maintenir son humidité et crée une barrière physique contre les insectes envahisseurs et les mauvaises herbes. Il ne faut pas couper plus du tiers de la hauteur de la pelouse à la fois.

Arrosage

Arrosez peu souvent, mais en profondeur (longtemps). Votre pelouse développera de plus longues racines et sera plus résistante à la sécheresse. Une fois que votre écopelouse sera établie, vous n’aurez à arroser que très rarement.

Fertilisation

L’herbicyclage, le terreautage et le trèfle nourrissent votre sol de façon naturelle, donc les engrais ne sont pas nécessaires. Pour une pelouse en développement ou en difficulté, vous pouvez ajouter des biostimulants (du thé de compost ou des extraits d’algues). En dernier recours, vous pouvez ajouter de l’engrais 100 % naturel à faible teneur de N-P-K (les 3 chiffres sous 10), mais jamais pendant l’été ou sur des semences.

Herbicyclage et valorisation des feuilles

L’herbicyclage consiste à laisser les rognures de gazon sur la pelouse après la tonte et de déchiqueter les feuilles mortes au lieu de les ramasser à l'automne. Ces résidus d’herbes et de feuilles créent une barrière qui aide la pelouse à garder l’humidité et rend l’invasion de plantes indésirables et d’organismes nuisibles plus difficiles. De plus, lorsque ces matières organiques se décomposent, elles nourrissent le sol. Ainsi, le gazon tolère beaucoup plus les périodes de sécheresse sans tomber en dormance puisqu'il retient plus l'eau, en plus d'avoir profité d'un apport en éléments fertilisants.

Les avantages de l’herbicyclage :

  • Diminue la quantité de matière organique et de sacs de plastique jetés aux ordures.
  • Améliore les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol.
  • Réduit l’utilisation d’engrais et d’eau.

Quelques astuces pour déchiqueter les feuilles :

  • Retirez le sac de la tondeuse et passer lentement sur les feuilles sèches.
  • Ajustez la hauteur de coupe entre 6 et 8 centimètres (2,5 à 3 pouces).
  • Plus le déchiquetage est fin, plus rapide sera la décomposition.
  • Utilisez une lame déchiqueteuse pour faciliter le travail.
  • Un double passage sur le terrain peut aussi assurer des résultats similaires. Cette technique est utilisée par le Service des travaux publics dans tous les parcs de la ville.

Quoi faire avec les surplus de feuilles?

Si le gazon est dissimulé au travers des copeaux de feuilles, c’est qu’il y en a trop épais. Passez la tondeuse de façon plus régulière ou raclez le surplus de feuilles pour l’utiliser comme paillis dans les plates-bandes aidera à dégager le surplus. En plus d’apporter des éléments nutritifs essentiels aux végétaux, ce paillis protégera les plantes des dommages causés par le gel. Les feuilles déchiquetées peuvent aussi être utilisées pour enrichir le potager. 

L’option du compostage est également possible pour ceux qui préfèrent ne pas laisser les feuilles déchiquetées au sol. Le sac de la tondeuse peut servir pour les ramasser et les transvider au compost.

Compostage

Le compostage consiste en la transformation de matières organiques par les micro-organismes présents dans le sol. Il en résulte un produit ayant l’apparence et l’odeur d’une belle terre.

Avantages du compostage

  • Diminution jusqu'à 40 % du volume de déchets générés
  • Baisse du recours aux ressources naturelles comme la terre arable et la tourbe
  • Réduction potentielle des coûts de collecte des matières résiduelles
  • Diminution de l'utilisation des engrais et de leurs impacts environnementaux
  • Matière organique de premier choix, le compost améliore les propriétés chimiques, biologiques et physiques du sol, donc contribue à sa fertilité
  • Augmentation de la capacité d'infiltration et de rétention d'eau des sols, donc diminution des impacts lors de sécheresses ou de fortes pluies
  • Meilleure pénétration des racines et augmentation de la fertilité générale des sols
  • Diminution des coûts d'achat d'engrais et de compost

Que dois-je faire pour composter?

  • Achetez ou fabriquez un composteur. Un composteur d’un volume de 1 m3 ou plus est préférable, mais un composteur commercial plus petit en plastique noir peut très bien convenir à vos besoins. La Ville offre une subvention aux résidents de Vaudreuil-Dorion pour l’achat ou la construction d’un composteur domestique.
  • Placez le composteur à un endroit facile d’accès, mais évitez de le placer dans un lieu où l’eau peut s’accumuler ou près des voisins.
  • Dans le fond du composteur, déposez des résidus bruns de grosse taille.
  • Par la suite, chaque fois que vous ajoutez des résidus verts, essayez de les recouvrir d’une couche de résidus bruns. Ce « couvercle » aidera à éviter les mauvaises odeurs.
  • Si vous manquez de résidus bruns, vous pouvez aussi enfouir vos résidus frais dans les résidus plus vieux qui sont déjà dans le composteur. Creusez un petit trou, mettez-y vos nouveaux résidus et recouvrez-les ensuite de vieux résidus.
    Le ratio à respecter est d’environ une portion de résidus verts pour deux portions de résidus bruns.

Trucs pratiques

  • Pour accumuler les restes de table à composter, gardez un petit contenant fermé dans la cuisine. Vous pourrez le vider dans le composteur au besoin. Pour en faciliter le nettoyage, mettez une feuille de journal au fond du contenant avant d’y ajouter des résidus de table.
  • Pendant l’hiver, il est possible d’utiliser un contenant à l’extérieur qui est plus près de la maison, puis le vider dans le composteur au printemps.
  • À l’automne, lorsque les résidus bruns tels que les feuilles mortes sont abondants, entreposez-les pour en avoir sous la main tout au long de l’année.
  • S’il y a des odeurs, c’est qu’il y a trop de résidus verts, trop d’eau ou que le mélange est trop compact. Ajoutez une couche de résidus bruns secs et mélangez le compost.
  • En cas d’odeurs persistantes, recouvrez vos résidus d’une couche de compost ou de terre.

Dans combien de temps le compost sera-t-il prêt?

  • Vous saurez que votre compost est prêt lorsque les résidus ne seront plus identifiables. Votre compost sera alors homogène, brun foncé et il aura une odeur de terre.
  • Le compost sera prêt plus rapidement si vous surveillez son état et intervenez de façon régulière pour optimiser les conditions dans lesquelles le compostage a lieu. Il peut être prêt en aussi peu que cinq mois.
  • Vous obtiendrez quand même un compost de bonne qualité si vous y jetez un coup d’œil occasionnel et intervenez seulement au besoin. Par contre, votre compost prendra peut-être plus de temps à atteindre maturité.
  • Si vous coupez les résidus en petits morceaux, les micro-organismes pourront dégrader la matière organique plus rapidement. Cependant, essayez de garder un équilibre par rapport à la grosseur des résidus, car si votre composteur ne contient que de très petits morceaux, ceux-ci seront compacts et il y aura peu d’aération.
  • La chaleur accélère la dégradation. Les composteurs en plastique noir, les composteurs d’au moins 1 m3 et les composteurs entretenus régulièrement chauffent davantage.

Mon compost est prêt, comment l’utiliser?

Vous pouvez mettre du compost dans vos bacs à fleurs, dans vos plates-bandes, au pied de vos arbres et dans votre potager. Vous pouvez aussi faire du terreautage : étendez une mince couche de compost sur votre pelouse, passez ensuite un râteau à feuilles pour soulever les brins de gazon. Cette pratique aide à améliorer le sol pauvre qui est souvent la source d’une pelouse problématique. Compte tenu des besoins très variables des divers végétaux et des sols, il est préférable de suivre les recommandations du fournisseur pour déterminer la quantité optimale de compost à utiliser.

Quoi composter?

Matières compostables Matières à ne pas composter
  • Feuilles mortes
  • Petites branches et retailles de haies coupées, brindilles, copeaux, écorces, paille, bran de scie
  • Résidus de jardin et de plates-bandes
  • Restes de rempotage, terre (pas trop), compost
  • Papier, carton, papier absorbant, serviettes de table
  • Coquilles d’œufs, écales de noix
  • Matières plutôt azotées (en général vertes et humides)
  • Pâtes, pain, riz, céréales, gâteaux, farine, sucreries
  • Fruits et légumes, épis de maïs, jus
  • Restes de tables sans viande et pas trop huileux
  • Mauvaises herbes, sauf si montées en graines
  • Résidus de café, sac de thé
  • Herbe, gazon, algues et feuilles fraîchement coupées
  • Restes de viandes, d'os, de poisson
  • Cendres de bois (sauf si très petites quantités)
  • Matières grasses (huiles, vinaigrette, friture), produits laitiers
  • Excréments d'animaux, fumier et lisiers
  • Animaux morts
  • Boues de fosses septiques
  • Papiers et cartons non souillés
  • Plantes malades
  • Poussières de balayeuse
  • Bois traité, briquettes de BBQ